Cliquez - Glissez l'icone dans votre barre des tâches pour un accès rapide Ou cliquez ici pour l'ajouter au menu démarrer

Bravo !

14/09/2017 05:26

Oubliés, les trois échecs cinglants, déconvenues désespérantes, affronts incompris que la seule arrogance tricolore ne suffisait pas à expliquer. A 19 h 47, hier en direct de Lima, justice fut rendue à Paris. Et au parcours sans faute du comité de candidature sportivo-politique soudé derrière Tony Estanguet et Bernard Lapasset.
Il n'y avait certes plus de suspense depuis trois mois, mais l'émotion de toute la délégation française semblait intacte et incommensurable, devant cette victoire aussi symbolique qu'historique qui permettra à la France de renouer avec l'Olympisme, sur son sol, cent ans après les derniers jeux parisiens.
Alors, bien sûr, on entend déjà quelques esprits chagrins dénoncer le coût de cette victoire et les charges financières à venir. Car depuis des lustres, les dérapages furent légion, avec des douloureuses parfois incroyables, à Barcelone, à Pékin, à Rio, ou encore à Londres. Et le budget prévisionnel parisien très contraint, avec 6,6 milliards seulement, sème le doute, même si nombre d'infrastructures existantes diminueront, au final, la facture. Difficile, en outre, d'estimer, sept ans avant, quelles retombées économiques accompagneront l'événement.
Mais ne boudons pas notre plaisir. Cette officialisation est d'abord une heureuse nouvelle. Pour la capitale. Pour le devenir du Grand Paris. Pour la France qui a aussi, parfois, grandement besoin d'unité et de rêve.

Par Christophe Hérigault

Suivez-nous sur Facebook

Un plan d'investissement à 57 milliards d'euros :
petites annonces Annonces immobilieres annonces automobiles annonces rencontres Annonces bonnes affaires Annonces emploi marches publics Annonces legales Avis de deces